Evolution

Le 8 septembre dernier je t’ai parlé de la mise en place d’un journal créatif, emballée que j’étais par le livre d’Anne-Marie Jobin sur le sujet (ici).

Depuis mon intérêt pour la chose s’émousse petit à petit, j’ai l’impression que j’arrive tout naturellement au bout d’un premier pallier créatif. Après avoir découpé une quantité significative de belles revues, celles qui n’ont pas encore goûté à la précision de mes ciseaux semblent maintenant ne receler aucun intérêt.

J’ai arraché, déchiré, exploité à fond un carnet d’essais d’aquarelle, dédaignant les plus moches, pardon, les moins exploitables. Et les mots, grands, petits, les longues phrases reformulées à ma sauce pour les pages en question et bien non, ça ne me dit plus rien ou presque…

Alors, soudain désamour ?


En fait c’est simple, j’arrive au bout d'un élan créatif naturel. Celui qui n’a nécessité aucune recherche, crayonnage ou réflexion… 64 pages créatives depuis le 27 juillet, 3 arrachées et quelques jours de pause pour arriver aujourd’hui au bout de ce premier chemin, sans doute le plus facile.

Bien sûr, je pourrais encore un temps continuer à peindre des fonds, coller des photos et faire du remplissage joli-joli. Oui ok. Mais une part de moi rechigne et freine des quatre fers car j’ai profondément besoin de me remettre en appétit. Parce que j’ai faim de quelque chose de plus nourrissant et qui ne soit pas du chocolat.


Comme début octobre cette histoire commençait déjà à me titiller, je me suis penchée sur la calligraphie. Le temps de recevoir du matériel et le site Domestika me traquant sur FB, j’ai fini par y dénicher 3 cours en ligne, pas très chers et assez succincts mais qui feront l’affaire pour le moment.


Je me suis exercée plusieurs jours sur le cahier de calligraphie. Je t’avoue que ça calme ma nervosité de saison, j’en oublie cette fatigue qui me colle aux basques depuis le début du mois (changement de saison automne-printemps, c’est souvent comme ça). La calligraphie, ça demande aussi des heures d’entraînement et tant mieux, ça me permet d’écouter les replays de la formation TEP4 (j’en parle ici), 121 vidéos ça te dis ? J’ai donc de quoi faire…


Concernant les cours en ligne, j’ai choisi 3 thèmes : « Techniques modernes d’aquarelle »,

« Peinture à la gouache : créez des illustrations poétiques » et « Journal intime illustré : pratiquez au quotidien la pleine conscience ». Accrocheur, non ? Bref. L’autre jour j’ai commencé le journal illustré. C’est assez rafraîchissant de se remémorer, par exemple sa journée, puis de la dessiner comme une BD dans des vignettes. Mémoire, écoute des ressentis, observation, recherche et lâché prise. Parce que c’est pas grave si c’est tout caca, le but du jeu c’est d’aller là où tu ne vas jamais en première intention.

Ce dont j’ai besoin en ce moment pour réactualiser ma pratique créative. En attendant de me remettre à l’acrylique…


Et toi alors tu fais quoi ? tu me racontes ?

Bisous.


PS : pardon pour la faute d'ortho (même pas honte) et pour la tronche des chats (de toute façon ils ne sont pas au courant...) - Extrait de journal du 14 oct 2021 -