Il y a un anniversaire ici

Le 16 mai 2021, j’ouvrais enfin ce blog, tellement désiré, fantasmé, repoussé et redouté. Mais je l’ai fait. Et j’ai réussi à poster des articles régulièrement même si la fréquence n’est pas toujours à la hauteur de mes ambitions. Parfois.


Mais peu importe, il suffit que j’aie envie de dire quelque chose, de partager une idée, une réflexion, un constat, un point de vue pour que tu puisses lire grand max 3 petites minutes de texte. C’est beaucoup d’écriture pour moi qui ne suis pas une écrivaine née mais j’apprécie cet exercice car j’aime la précision des mots. Et communiquer aussi.


C’est donc le moment de faire une espèce de bilan, histoire de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur pour prendre la pleine mesure de ces 12 derniers mois et pour, éventuellement, ajuster-changer-modeler différemment les pistes à suivre ou pas ces 365 prochains jours.


Qu’ai-je donc appris ? Ne va pas t’imaginer que ce sont des choses compliquées, bien au contraire. C’est justement dans la simplicité que réside l’essentiel de cet apprentissage qu’est la vie.

J’ai ainsi découvert que toujours chercher la perfection était pour moi le moyen le plus efficace et le plus sûr pour ne pas avancer. Procrastiner et me traiter de feignasse simultanément, c’était comme me taper sur les doigts avec un marteau pour ne plus sentir le mal de tête… Débile ? non, très créatif au contraire. Mais. Il a bien fallu que je passe par cette étape pour aller à la suivante, tellement plus riche.

Je ne doute plus de mes propres capacités même si quelques crises semblent parfois nécessaires pour agrandir le champ des possibles. Et puis en janvier dernier, j’ai fait le pari avec moi-même de peindre ou dessiner quelque chose tous les jours ou presque, ce qui a notablement changé le regard que je porte sur mon environnement et ma propre énergie. Me détacher du moindre résultat c’est nouveau pour moi, tant et si bien que lorsque je peins, je laisse de plus en plus les commandes à quelque chose d’autre qui agit sans que mon mental ne pose de conditions.


Il y a eu un autre anniversaire, celui de mes 60 printemps fêtés en mai lui aussi. Ce chiffre m’a fait l’effet d’une frontière, que je pouvais soit passer avec ressentiment et amertume en bandoulière soit franchir d’un pas léger pour rencontrer une nouvelle vision de ma vie, celle que je suis libre d’inventer jour après jour. Tu penses bien que j'ai choisi la seconde option !


Voilà où j’en suis grosso-modo un an après l’ouverture de ce blog. Je me sens à ma juste place en ce monde, même si celui-ci me donne parfois l’impression de partir un peu en cacahouète (ce n'est qu'un point de vue...).

La vie nous apporte tout ce que nous souhaitons, sans exception !


A bientôt et porte toi merveilleusement bien.

Bisous !