La prof qui n'a pas d'élèves

Oui, tu as bien lu… je suis professeure de Hatha Yoga depuis décembre 2019 et je n’ai jamais eu d’élèves ni donné de cours à une classe à ce jour.


Mais commençons par le début, si tu veux bien. C’est en 2003 qu’une collègue de travail m’emmène un soir, à un cours d’essai de yoga. A vrai dire, ça ne m’a pas plu tout de suite… D’abord ça m’a semblé incroyablement long, toutes ces postures les yeux fermés. Douloureux et fatiguant. S’étirer dans tous les sens, freiner la respiration dans la gorge, contracter le périnée (le quoi ?) puis croire naïvement qu’une fois allongé sur le tapis ça va être plus cool. Mauvaise pioche, parce que même étendu, sur le dos ou le ventre, l'effort à fournir est aussi intense.

Ca, c’est ce que tu pourrais ressentir lors de ton tout premier cours de yoga. Ensuite, soit tu pars en courant soit tu récidives. Malgré l’inconfort de cette première séance et quelques courbatures le lendemain, je me suis inscrite aux cours suivants.

J’ai donc pratiqué le Hatha Yoga pendant 4 ans puis en changeant de travail et d’horaires, il m’a fallu arrêter un temps et cette abstinence a duré une bonne dizaine d’années.

J’ai fini par m’y remettre tant l’urgence de retrouver un ancrage intérieur s’intensifiait. Abonnée à un cours puis très vite à trois cours hebdomadaires dès septembre 2017, il m’est apparu incontournable de me former à cette discipline auprès de mon professeur l'année suivante.


Deux années de formation, à raison d’une journée par mois en présentiel en plus d’une pratique personnelle quotidienne selon un programme défini, ainsi que l’étude de l’anatomie et de la philosophie.

Un examen et un diplôme plus tard, me voici professeure fin 2019.


Pourquoi avoir investi dans cette formation ? D’abord pour l’autonomie. J’ai pratiqué de nombreuses années la natation puis l’Aïkido. Sans piscine (ou n’importe quel espace aquatique) pas de nage, sans partenaire ni tatami, pas d’entraînement. Alors que le yoga, il suffit d’une surface plane pour pratiquer partout où tu vas (avec un tapis, c’est mieux question confort mais tu peux aussi faire sans).

Ensuite, lorsque tu fais une formation, tu gagnes un temps précieux parce que c’est le travail de ton prof de t’apprendre les placements corrects pour la précision de tes mouvements. De ce fait, tu évites les blessures, tu t’écoutes différemment et tu progresses là où ton corps est prêt à aller.

Et enfin, apprendre de nouvelles choses, ça fait un bien fou à ton cerveau qui reste jeune et alerte (si si, c’est prouvé par la science).


Donc je n’ai pas d’élèves, je n’en cherche pas et ce n’est pas ma priorité. M'astreindre à une pratique régulière avant le petit déjeuner même si tête et corps ne sont pas toujours ok, c'est pour l'instant plus important et vital pour mon équilibre.


Cependant, pour avoir donné quelques cours gratuitement par-ci par-là pendant ma formation, j’avoue que c’est gratifiant de transmettre un savoir. Préparer une séance, la faire et la refaire afin de mémoriser les explications tout en restant fluide dans la pratique, rencontrer les gens autrement, c'est intéressant à plus d'un titre. Alors peut être qu’un jour j’ouvrirai une classe ou un cours et ce sera alors une autre merveilleuse occasion d’apprendre encore !


Prends soin de toi. Namasté !